(SUD Commerces et Services) AMAZON : un an (et deux condamnations) plus tard

AMAZON : un an (et deux condamnations) plus tard

Le 15 avril 2021

Il y a un an jour pour jour, le Tribunal Judiciaire de Nanterre, saisi par l’Union syndicale Solidaires, ordonnait à la société Amazon France Logistique de réduire son activité aux produits dit essentiels sous peine d’un million d’euros d’astreinte pour protéger la santé de ses travailleurs lors de la première vague épidémique.

En réponse, la direction fermait le 16 avril ses six entrepôts, mettant ainsi au chômage technique – et à l’abri du virus ses 11.000 salarié-es – avec maintien de salaire.

Apres la confirmation de la décision de première instance par la Cour d’appel de Versailles le 24 avril, l’unité syndicale a permis de trouver un accord de reprise du travail à partir du 19 mai, suivi d’un autre de prévention de l’épidémie en novembre 2020.

Jurisprudence Amazon : souvent copiée, jamais égalée

La justice a ainsi fixé le mode d’emploi de ce qu’il convient de faire – et surtout ne pas faire – en cas de continuité de l’activité dans un contexte pandémique, des décisions qui en ont inspiré d’autres avec des fortunes variées (aide à domicile, Carrefour ou Renault).

Servies par la mobilisation du personnel, elles ont conforté les luttes des autres travailleurs Amazon d’Europe et même d’outre-Atlantique.

Elles démontrent enfin l’intérêt de s’organiser collectivement : notre syndicat, poursuit son développement, y compris dans la branche transport.

Nous ne voulons pas choisir entre notre sécurité et notre salaire, nous voulons les deux alors que l’entreprise et Jeff Bezos, son Président, affichent des profits records !

Fédération SUD Commerces et Services-Solidaires
7 rue Vicq d’Azir 75010 Paris.
Téléphone : 07 64 62 92 23 / Mail : fdsudcommerce@yahoo.fr

Share Button