Nouvelles du jeudi 27 février

2 semaines sans nouvelle et on ne sait plus où donner de la tête, ni par quoi commencer… voyons… la répression d’abord? Ah, non! L’affaire d’esclavage moderne (et toutes les autres) de la fac du Mirail! Ou sinon l’interpro? La lutte contre les E3C ? La menace de recours à un 49.3? Bon, après, tout dépend de l’objectif, peut être que si on veut de l’audimat on devrait commencer par le coronavirus…

Bref, vous l’aurez compris, il s’en passe des choses, alors on va tenter de faire court, mais efficace bien sûr. Bonne lecture!

1) Dans l’Education, la lutte continue…

Depuis les premières présentations du projet de loi, le gouvernement a bien conscience qu’il faut trouver des éléments de langage pour essayer de rassurer les enseignant-e-s. Et pour cause, comme nous l’avons montré dès novembre avec la publication du simulateur, les pensions des personnels de l’éducation vont considérablement baisser. Dans le même temps, les raisons de se mobiliser dans l’éducation ne manquent pas : la mise en place des E3C, la Loi pluriannuelle de programmation de la recherche, mais aussi les suppressions de postes, les évaluations nationales, la précarisation, la mise en place des réformes Blanquer et l’intolérable répression dont sont victimes les personnels mobilisé-es. Lors de ce second round, montrons au gouvernement et à Blanquer que l’Éducation refuse toutes les contre-réformes en cours.

Pour dire NON tous et toutes ensemble, les agent-e-s territoriaux, agent-e-s techniques, ATSEM, CLAE etc convient les personnels de l’Education en lutte à une assemblée générale commune le mercredi 11 mars, soyons nombreux-ses!! Tu peux retrouver le tract ci-dessous pour plus d’infos:

Non au bac local de Blanquer, achevons les E3C !

La première session d’E3C se déroule depuis le mois de janvier dans des conditions chaotiques. Au vu des conditions de passation de ces épreuves, le ministre ne peut plus faire croire que tout va bien.

Au départ en vacances le 4 février on pouvait comptabiliser 41 % ou 660 lycées touchés par la mobilisation et 220 établissements où les épreuves ont dû être reportées suite à la mobilisation. Pour SUD éducation, les élèves et les personnels mobilisé-e-s ont gagné une première manche tant le crédit de cette réforme du bac et du ministre qui la porte sont atteints.

La rentrée des vacances est un tournant qui décidera de l’avenir de la «réforme du bac» à commencer par le destin de la 2e session des E3C. SUD éducation appelle donc à reprendre la mobilisation avec détermination au retour des vacances de chaque zone avec pour perspective le retrait de cette réforme.

-> revendications à retrouver ici

L’université et la recherche s’arrêtent à partir du 5 mars: tous et toutes en grève !

Depuis deux mois, les personnels de l’ESR font grève et manifestent aux côtés des autres salariés du public et du privé pour le retrait du projet de réforme des retraites visant à remplacer le calcul de la pension sur les 6 derniers mois par un système par points intégrant les rémunérations les plus faibles perçues en début de carrière. Malgré les promesses à bon compte formulées par Mme Vidal sur une augmentation possible -et liée pour partie à la « performance »- des primes dans le cadre de la LPPR, les personnels perçoivent que c’est une baisse considérable des pensions qui leur est ainsi promise. Une coordination nationale des facs et laboratoires en luttes s’est tenue les 1er et 2 février 2020 : elle appelle à renforcer la mobilisation avec comme objectif particulier, l’arrêt de l’université et de la recherche à compter du 5 mars. Elle appelle à des Assemblées générales pour discuter de ses propositions et pour mandater des délégués pour une 2ème coordination nationale qui se tiendra les 6 et 7 mars.

A Toulouse, une manifestation est prévue le matin et une « fac morte »l’après-midi, avec des ateliers/stands tenus toute la journée sur le campus du Mirail et une AG interpro pour clôturer cette journée de lutte.

-> le dossier complet de la fédé à lire ici

Dans le même, et ça vaut le coup d’oeil, Solidaires étudiant-e-s s’oppose à la réforme du master MEEF de l’enseignement, en savoir plus ici.

& on en vous parle même pas de la dernière info à propos de l’esclavage moderne à l’université du Mirail…

& si tu n’as pas eu assez de lecture, le dossier complet sur les retraites par SUD Educ est à retrouver ici !

2)…et toutes les formes de répression se multiplient

La répression gronde et continue de s’abattre sur les militant-e-s, en voici un petit aperçu:

  • Suite à une nouvelle convocation d’un collègue aveyronnais au commissariat, voici le 2eme communiqué départemental anti répression (largement signé par les orgas syndicales et politiques). La place des militants politiques est dans la rue, pas dans les commissariats. Bonne lecture!
  • Un cran a encore été franchi dans la répression des mouvement sociaux. Lundi 17 février 2020, un professeur des écoles remplaçant a été envoyé par l’administration pour prendre en charge une classe dans une école primaire de Niort. L’enseignante titulaire est gréviste depuis le 5 décembre dans le cadre des mobilisations contre le projet de loi sur les retraites. L’intersyndicale des Deux-Sèvres Cgt Educ’action, FNEC FP-FO, SNES-FSU et SUD Education 79 dénonce une atteinte inacceptable au droit de grève.

Rappel: Tous les personnels de l’Education nationale, y compris les personnels non-titulaires (AED, enseignants contractuels, …) peuvent se mettre en grève. Il s’agit là d’un droit fondamental et constitutionnel.
Tout salarié de l’Education Nationale, fonctionnaire ou non, a le droit de se mettre en grève (préambule de la Constitution du 27 octobre 1947 et art 10 de la Loi du 13/07/83). Les modalités sont fixées par les art L. 521-2 à L. 521-6 du Code du Travail qui reprennent les dispositions de la loi L. 63- 777 du 31/07/63 qui réglemente la grève dans les services publics.

  • communiqué de presse suite à l’interpellation d’un camarade de SUD Solidaires 54 pour avoir participé à une action intersyndicale -> ici
  • Ne touchez pas à nos élèves ! Communiqué de presse contre les violences et la répression faites aux lycéen-ne-s ces dernières semaines, à lire ici

3) Tous et toutes prêt-e-s pour la mobilisation internationale du 8 mars !

Le gouvernement a annoncé vouloir faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause du quinquennat. Comme pour le reste, Macron et ses sbires communiquent sans jamais passer aux actes. Pire, en menant une politique de régressions sociales, une guerre contre les services publics et en ruinant le système de protection sociale, le gouvernement organise l’aggravation de la précarité des femmes.

La contre réforme des retraites :
une attaque en règle contre les femmes

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale répète les mêmes mensonges que les autres membres du gouvernement : les femmes seraient les grandes gagnantes de la contre-réforme des retraites. Les seuls grands gagnants seront les fonds de pensions privés.
Les femmes quant à elles, perdraient encore, alors que le système tel qu’il existe leur est déjà défavorable : à l’heure actuelle, les pensions des femmes sont en moyenne 42 % inférieures à celles des hommes.
La contre réforme des retraites introduit le calcul de la pension sur l’intégralité de la carrière au lieu des six derniers mois pour le public. Or, les femmes ont des carrières moins linéaires que les hommes. Dans l’Éducation nationale, 14% d’entre-elles sont à temps partiel contre 5% des hommes, essentiellement pour des raisons familiales. Cela a donc des effets sur l’évolution de carrière, sur la rémunération et bien évidemment sur le calcul de la retraite !

Violences sexistes et sexuelles :
le silence assourdissant de la hiérarchie

Des collègues et élèves dénoncent de plus en plus des situations de violences sexistes et sexuelles de l’école à l’université. Le silence que leur opposent les institutions est alors assourdissant. En faisant l’autruche, l’administration culpabilise les victimes, renforce la culture du viol et développe le sentiment d’impunité chez les agresseurs.
La circulaire du 9 mars 2018, qui prévoit la protection des victimes de violences sexistes et/ou sexuelles, n’est pas appliquée : les collègues qui ont dénoncé les violences subies n’ont bénéficié ni de protection ni d’accompagnement convenables. Pourtant l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des agent-e-s sur leurs lieux de travail !
Un véritable protocole d’accord social est nécessaire pour que les violences sexuelles cessent ! Les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche doivent prendre leurs responsabilités et agir concrètement pour prévenir les violences, pour protéger les victimes et pour sanctionner les agresseurs. Suite à d’autres initiatives communes sur cette question, SUD éducation a proposé une initiative allant dans ce sens à l’intersyndicale.

-> communication de Solidaires à lire ici

A Toulouse, le programme du weekend du 8 mars est déjà organisé, avec de nombreuses animations prévues pour abattre le capitalisme et le patriarcat:

  • Samedi 7 mars de 22h à minuit: manifestation en mixité choisie
  • Dimanche 8 mars: cantine solidaires de 12h à 15h place St Cyprien puis manif à 16h (garderie de 10h à 19h à la réquisition rue Roquelaine) avec cortège de tête en mixité choisie

Image

& sinon contre ce fichu projet,
des dizaines de secteurs restent mobilisés..

Plusieurs dizaines d’avocats étaient rassemblé-e-s devant l’assemblée nationale hier, jusqu’à une évacuation musclée. A force de blocages, on assiste à des scènes incroyables où des procureurs entrent dans le tribunal dans des fourgons de police. En grève depuis le 5 janvier, les avocat-e-s ne lâchent rien, des centaines d’audiences sont reportées, d’autres s’organisent en défense à plusieurs, traquant la moindre faiblesse d’un dossier jusqu’à ce qu’il s’écroule, et ça commence à mettre un sacré bazar.

Dans le secteur de l’énergie aussi la lutte perdure, tout comme à la RATP où malgré la forte répression de la hiérarchie, les personnels continuent de s’organiser.

A la Mongie,  les salarié-e-s du Grand Tourmalet et d’autres se sont mobilisé-e-s le 24 février pour virer symboliquement le « siège présidentiel », certain-e-s se sont ensuite mis-e-s en grève pour dire NON à la réforme.

Image

Les solidarités restent fortes, rappelons que 72% de la population n’est toujours pas convaincue du projet…et ne risque pas de l’être !

4) Lettre d’UTPA aux candidat-e-s des municipales

Le collectif « Un toit pour apprendre » interpelle les candidat-e-s aux municipales de Toulouse pour connaitre leurs positionnements sur différentes propositions, notamment:

  • Solution de relogement rapide, digne, pérenne et adaptée aux familles

  • Création de logements sociaux et très sociaux (PLAI) ouverts aux publics sans-logement ou mal-logés au plus près de chaque établissement scolaire et dans chaque quartier de la ville.

  • Négociations pour le soutien à la création de CADA et CHRS

  • Augmentation des logements d’urgence pour les personnes déboutées de leurs droits.

  • Suppression de l’Arrêté anti-bivouac

  • et bien d’autres…

Lettre à suivre rapidement

Image

5) Service National Universel: l’armée recrute…et compte sur vous pour lui fournir des candidats !

L’académie de Toulouse en partenariat avec la préfecture de la Haute Garonne, appelle les établissements secondaire à participer à la militarisation de l’école et de la société avec cette plaquette censée être diffusée aux élèves. Pour Sud Education le SNU c’est avant tout:

  • Une opération de soumission de la jeunesse : il s’agit d’inculquer un esprit d’obéissance aux règles, un respect absolu des normes… Règles et normes qui, pour la plupart, ne visent qu’à perpétuer les inégalités et injustices inhérentes à l’organisation actuelle de la société. Cette volonté de soumission passe aussi par un contrôle renforcé, notamment à travers la mise en fiches de tous les jeunes de 16 à 25 ans; on sait comment ce genre de fichier peut être utilisé ! Volonté de soumission, enfin, car elle ne reconnaît comme « engagement » des jeunes que les dispositifs étatiques.
  • La remise en cause des droits des travailleurs et travailleuses : les jeunes du SNU sont utilisé.es pour remplacer des emplois occupés par des employé.es qui ont un salaire, une convention collective ou un statut, la possibilité de s’organiser syndicalement, des droits individuels et collectifs. Avec le SNU, chaque année, 800 000 jeunes sont exploité.es, sans aucun de ces droits, pour des durées variables ; ils et elles sont très vivement encouragé.es à poursuivre leur « engagement volontaire » par un service civique,dans les mêmes conditions de précarité.
  • Des dépenses considérables : 6 milliards €/an!! Ces milliards seraient bien plus utiles pour le service public de l’Éducation, qu’aux mains des militaires !
  • Le renforcement de la militarisation. Encadrement militaire, levée du drapeau, chant guerrier, uniforme, parcours du combattant, raid commando, etc. contribuent à l’endoctrinement des jeunes. La propagande vise à banaliser encore plus le rôle de l’armée, alors que celle-ci est en pointe dans la répression, sur le territoire français, dans les colonies et diverses régions du monde. Sans surprise, il n’est nullement question dans le programme de pacifisme, de non-violence, ni de remise en cause du rôle de l’armée.

6) Conférence nationale du handicap: Macron masque la réalité!

Macron affiche l’École inclusive comme une priorité du quinquennat. Mardi 11 février, en clôture de la conférence nationale du handicap, il se félicite d’avoir atteint son objectif avec une diminution du nombre d’élèves en attente d’un accompagnant depuis la rentrée de 2019 et annonce la création de 11 500 postes d’AESH (Accompagnant-e d’élèves en situation de handicap), dans un contexte où depuis une dizaine d’année, le nombre d’enfants en situation de handicap scolarisé-es en classe ordinaire a quasiment doublé.

Au-delà de l’augmentation des moyens humains, l’inclusion des élèves en situation de handicap dans le système scolaire ordinaire ne peut se faire qu’avec des personnels formés et des AESH reconnu-e-s dans leur rôle, pédagogique et éducatif, essentiel dans les établissements.

Les AESH et SUD éducation revendiquent depuis de nombreuses années un vrai statut de titulaire, avec un temps d’accompagnement de 24 heures considérées comme un temps plein, comme indispensable à cette reconnaissance.

Alors qu’ils et elles subissaient des conditions de travail indécentes, la réponse du gouvernement est d’exploiter davantage ces personnels précaires en augmentant les amplitudes horaires de leurs missions et en dédoublant les employeurs entre Éducation nationale et Collectivités territoriales. Depuis la rentrée de 2019, avec l’instauration des PIAL (Pôle Inclusif d’Accompagnement Localisé), les AESH se voient contraint-e-s d’accompagner des élèves différent-e-s autant de fois que la direction des PIAL le décide. Dans la vision purement comptable de l’administration et du gouvernement, il s’agit de répondre immédiatement et artificiellement aux élèves nouvellement notifié-e-s en déplaçant un-e AESH du jour au lendemain, sans concertation préalable ni aucune considération pour sa situation ou celle des élèves accompagné-e-s.

Il ne suffit pas d’embaucher de plus en plus de travailleurs et travailleuses précaires pour construire une école réellement ouverte à toutes et tous.

Macron a également annoncé la création de 1 000 places dans les établissements spécialisés. Il s’agit là aussi d’un coup de communication masquant la réalité des prises en charge dans ces établissements.

Depuis deux ans une grande partie des établissements spécialisés accueillant des élèves en situation de handicap ne pouvant être inclus-e-s en classe ordinaire a glissé vers un système de dispositifs. Il n’y est alors plus question d’un nombre de places fixes au sein des structures mais de capacités étendues par l’intervention des personnels dans d’autres établissements, et cela sans augmentation des moyens matériels ou humains. L’objectif est clair : donner l’illusion d’une prise en charge de davantage d’élèves, une nouvelle fois sans s’interroger sur la qualité de celle-ci.

Pour SUD éducation, il est indispensable que les dispositifs et établissements spécialisés, et leurs personnels, soient mis au service d’une école capable de prendre en charge correctement le maximum d’élèves dans leur diversité.

Alors que Macron se félicite de la scolarisation massive des enfants porteur-euse-s de handicap, cela ne s’accompagne d’aucune adaptation de la structure éducative. Les enseignant-e-s concerné-e-s et les AESH sont contraint-e-s de supporter, le plus souvent seul-e-s, toutes les contradictions du système.

Quand un-e élève handicapé-e est intégré-e dans une classe, les effectifs ne diminuent pas, et les enseignant-e-s ne peuvent prendre en compte les besoins particuliers d’un-e élève supplémentaire.

De plus, beaucoup de collectivités territoriales ne peuvent pas bâtir de nouveaux établissements scolaires en capacité d’accueillir des enfants handicapé-e-s ou rendre accessibles le bâti construit. Ils et elles doivent souvent parcourir une distance très longue pour être scolarisé-e-s. Dans le cadre de la réforme du lycée avec une offre d’options plus réduite par établissement, les élèves handicapé-e-s voient leurs choix se réduire encore davantage.

L’école inclusive doit être un moyen de repenser l’école pour qu’elle devienne réellement démocratique et égalitaire, pas un artifice comptable au service de la communication politique.

Cet article Nouvelles du jeudi 27 février est apparu en premier sur Sud Education Haute Garonne et Pyrénées.

Share Button