Nouvelles du jeudi 24 juin

Il est plus que jamais temps que nous les arrêtions !
Le grand oral du bac, un chaos à l’image de la politique éducative du ministère.

Le ministère continue son entreprise de destruction du service public d’éducation, maintient coûte que coûte des épreuves inégalitaires en cette année exceptionnelle, quitte à être dans l’illégalité.

Comme depuis des années, le ministère compte encore une fois sur les collègues pour compenser la pénurie organisée des moyens, pour assurer la mise en œuvre d’épreuves inégalitaires, dont les conditions de tenue des jurys et des corrections tournent au dévouement !

Évaluer plus pour trier plus : l’épreuve phare du Ministre n’évalue rien d’autre que la maîtrise des codes socio-culturels des candidat·es

D’après les premières remontées, cette épreuve est particulièrement inégalitaire.
La survalorisation des éléments rhétoriques conduit à favoriser les candidat-e-s des classes supérieures et les garçons au détriment des candidat-e-s femmes et issu-e-s des classes populaires.

Quand on demande des précisions sur le barème du grand oral, le ministère répond « grille d’évaluation ». Et sur les cinq critères énoncés, trois concernent des questions de pure forme contre deux pour le contenu. La quantification de ces critères semble laissée aux commissions d’harmonisation. Selon les choix faits par ces commissions, tel-le candidat-e qui parle bien mais dont le discours n’est fondé sur aucune connaissance pourrait être mieux noté que tel-le candidate maîtrisant les contenus de sa spécialité mais qui peine à en parler.

SUD éducation et d’autres organisations syndicales revendiquent depuis plusieurs mois la suppression de cette épreuve, qui n’est que le reflet de l’obsession de Blanquer pour une réforme du bac et du lycée taillée sur mesure pour le tri social.

(Dés)organisation

Les convocations sont communiquées très tardivement aux personnels, parfois après le début des épreuves. Elles occasionnent des déplacements importants de nombreux personnels loin de leur lieu d’affectation alors qu’un centre d’examen se trouve plus près. Des professeur-e-s de français et de philosophie ont même été convoqué-e-s au grand oral alors qu’ils et elles étaient déjà convoqué-e-s aux oraux de l’EAF ou ont à corriger plus de 150 copies.

Il est arrivé bien souvent que la constitution même des jurys pose problème, notamment car il manquait un-e enseignant-e dans la spécialité choisie par un-e candidat-e. L’administration a ainsi dû procéder à des réorganisations de dernières minutes, ou se résoudre à des compositions de jury illégales et inadaptées pédagogiquement avec des professeur-e-s de collège, d’autres qui n’enseignent pas en terminale ou encore des stagiaires.

SUD éducation appelle les personnels sur le terrain à discuter des modalités d’action qui s’imposent et met à disposition son préavis de grève pour la période.

SUD éducation revendique :

  • la suppression du grand oral ;
  • l’abrogation des réformes ORE, des lycées et du baccalauréat.

Pour SUD éducation, au regard des circonstances et afin de garantir l’égalité des candidat·es issu·es de lycées qui ont appliqué les demi-jauges et les autres établissements, souvent privés, qui se sont soustraits à sa mise en place, la question de la délivrance du baccalauréat à tou-te-s les candidat-e-s se pose.

Pour cette année exceptionnelle, SUD éducation refuse le dilemme entre contrôle continu injuste et examens finaux problématiques, et revendique la délivrance du baccalauréat et du brevet pour toutes et tous les candidat-e-s, et en conséquence l’augmentation du nombre de places à hauteur des besoins dans l’enseignement supérieur ainsi que la possibilité pour les élèves qui le souhaitent de redoubler.

 

Vous ne travaillez pas à temps complet ? Pas de souci, blanquer uber-éducation vous propose de faire des heures sup’ !

A quand un statut d’auto-entrepreneur dans l’éducation nationale ?

« Continuité pédagogique », c’est le mot magique utilisé par le ministère pendant la crise sanitaire pour éviter d’embaucher suffisamment d’enseignant-e-s permettant de dédoubler les classes en assurant toutes les heures de cours des référentiels. Notre ministre si friand d’évaluations quand il s’agit d’un outil de contrôle pour les profs et les élèves, n’en a proposé aucune pour l’utilisation des plateformes numériques, les dispositifs de cours à distance et l’apprentissage réel des élèves sur ces périodes. C’est pourtant cette « continuité pédagogique » qui est maintenant préconisée pour les remplacements de courte durée à l’issue du Grenelle de l’éducation.

En « ouvrant aux personnels à temps partiel la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires », le ministère va accroître la charge de travail de personnels déjà très précaires.

En « ayant recours à des dispositifs de travail en autonomie anticipé et encadré sous la surveillance d’un AED formé, notamment en pré-professionnalisation » le ministère va surcharger des étudiant-e-s en formation qui n’auront pas passé de concours d’enseignement. Rappelons que ces étudiant-e-s sont déjà sous-payés pour effectuer le même travail que les enseignants titulaires avec un salaire de 707 € en L2 jusqu’à 980 € en M1. Pour ces salaires, ils et elles effectuent 8 heures par semaine. Cette proposition va accroître leur charge de travail et oblitérer leurs chances de réussite aux concours de recrutement.

Par ailleurs, les missions confiées ne seront pas de remplacer les enseignant-e-s absent-e-s mais d’aider les élèves à faire leurs devoirs.

Le souhait « d’améliorer la traçabilité des absences de courte durée et de remplacement à partir d’outils numériques » est un aveu d’échec de la gestion des remplacements par le ministère. Mais loin d’y voir l’effet de la précarisation et de la diminution des effectifs des personnels des rectorats, celui-ci préfère mettre en place des robots et acheter des logiciels de gestion plutôt que d’embaucher des personnels titulaires et de les former.

SUD Éducation dénonce ces dispositifs :

  • qui ne permettront pas de rattraper les heures perdues par les élèves lors des absences de leurs enseignant-e-s ;
  • qui précarisent encore plus les enseignant-e-s et les personnels administratifs et accroissent leur charge de travail.

Pour SUD Éducation, il faut des titulaires affecté-e-s à l’année sur des zones de remplacements afin de prendre en charge très rapidement ces missions.

 

Contractuel.le.s non rémunéré.e.s pendant les vacances d’été : Les bureaucrates du rectorat se regarderont quand même tranquillement dans l’eau de leur piscine en Juillet et Août !

Les collègues contractuel.le.s, 1 sur 4 désormais dans l’éducation nationale, sont recruté.e.s pour effectuer des remplacements, pour palier à l’orchestration de la pénurie de titulaires. Or le décret actuel qui régit ce droit à la contractualisation ne garantit pas à l’enseignant.e les deux mois d’été payés. Il faut pour cela avoir été embauché toute l’année dans le même établissement à partir de septembre.

Depuis des années, dans un mépris total de la vie de ses salarié.e.s, les rectrices et recteurs de l’académie de Toulouse mettent en œuvre tout ce qu’ils et elles peuvent afin de ne pas payer les collègues pendant les vacances ! Retard volontaire de début des contrats repoussé en octobre, fin des avenants à deux jours de la fin de l’année, embauche de plusieurs contractuel.le.s successivement afin d’arriver à une année complète, tout est bon pour économiser.

Ce n’est pas comme ça partout, dans certaines académies, des recteurs et rectrices ont fait le choix d’assurer le paiement des vacances d’été même si le contrat ne couvre pas la totalité de l’année scolaire.

Alors, afin d’appuyer les demandes de nombreux et nombreuses collègues concerné.e.s par cette lacune  de paiement volontaire, Sud Education 31-65 a demandé une audience auprès du recteur. Ce dernier ne s’est évidemment pas présenté lors de la réunion.

Pour ce qui est de la teneur des échanges, désinvolture, ironie et mépris de classe étaient au rendez-vous, pour ce qui est du fond, voilà le compte rendu :

Mobilisation nationale contre l’extrême-droite le 3 juillet à Perpignan

Les 3 et 4 Juillet 2021, à Perpignan, le congrès du Rassemblement National (RN) intronisera Le Pen comme candidate à l’élection présidentielle de 2022. Cet évènement exprimera la volonté de l’extrême droite d’accéder au pouvoir en France : Un danger qu’il n’est désormais plus possible d’écarter et qu’il y a urgence à combattre.

Non, le RN n’est pas l’ami des citoyens et citoyennes !

Aujourd’hui, le RN joue, comme à Perpignan, la carte de la “respectabilité” pour débaucher des politiciens en quête de postes. Une respectabilité qui résiste mal à la nouvelle mise en examen par la justice de Marine Le Pen et de ses amis pour “détournement de fonds publics” !

Certains de nos concitoyens, désespérés par la crise sociale, se laissent tromper par sa démagogie et se disent : “Finalement, pourquoi ne pas essayer le RN ? ». Mais l’extrême-droite a déjà été “essayée” en France dans les années 40 ou dans l’état espagnol jusque dans les années 70, avec les conséquences dramatiques que l’on sait ! Le RN constitue le plus grave danger pour les classes populaires et pour la démocratie. Le soutien donné par Marine Le Pen aux généraux menaçant le pays d’un putsch militaire montre le vrai visage ultra-réactionnaire de l’extrême-droite !

Le RN est le parti de la haine !

Sa politique est fondée sur l’inégalité – en fonction des nationalités, des origines, des religions, des sexes… Il veut nous diviser et nous monter les uns contre les autres. Sur tous les sujets (Code du travail, retraites, impôts, cotisations sociales…), il est en accord avec le grand patronat et la finance. Il combat notre système social de solidarité. Il prône l’austérité qui jette tant d’entre nous dans la misère.

Le RN est le pire ennemi de nos droits sociaux et culturels mais aussi de nos libertés : La liberté d’expression au travail comme dans la société, la liberté de la presse, de mobilisation et d’organisation. Avec son obsession “sécuritaire”, il encourage les violences policières contre les quartiers populaires et les mouvements sociaux.

Nos organisations, qui luttent dans ce département contre le fascisme, le racisme et toute forme de discrimination, appellent à faire de Perpignan un haut lieu de la RÉSISTANCE à l’extrême-droite dans ce pays.

Notre appel a été entendu par de nombreuses organisations démocratiques à l’échelle nationale. Avec elles, nous serons mobilisé.e.s pacifiquement à Perpignan pour dire toutes et tous ensemble :

NON à l’extrême-droite !

Samedi 3 Juillet, Place de Catalogne à Perpignan

12 heures Rassemblement – 14 heures Manifestation – 16 heures Concert gratuit

Signataires de l’appel 66 contre l’extrême-droite : AFPS 66 – Agaureps-Prométhée – L’Alternative ! Endavant – ANPNPA – APEX 66 – ASTI 66 – CGT 66 – CNT 66 – Collectif Bienvenue aux migrants dans le Conflent – Collectif Droits des femmes 66 – EELV Pays Catalan – Ensemble 66 – Femmes Solidaires 66 – FSU 66 – GDS 66 – Génération.s 66 – JC 66 – LDH 66 – Legal team 66 – LSR 66 – Mouvement de la Paix – MRAP 66 – NPA 66 – PCF 66 – PG 66 – Planning Familial 66 – PS 66 – RCP 66 – Solidaires 66 – USR CGT 66 – VISA 66

Postier.e.s de Dreuilhe et Lavelanet, la lutte continue !

Pour suivre l’actualité de cette lutte c’est par là: https://sudptt31.org/

Pour contribuer à la solidarité avec ces travailleurs et travailleuses en lutte, c’est par ici : https://www.leetchi.com/c/soutien-aux-grevistes-facteurs-et-factrices-de-dreuilhe

Cet article Nouvelles du jeudi 24 juin est apparu en premier sur Sud Education Haute Garonne et Pyrénées.

Share Button