Nouvelles du jeudi 11 octobre 2018

bandeau2

Prochaine AG de SUD Education 31-65
Mardi 16 octobre à partir de 18h au local de Babinet

1 – Blocage du collège d’Aspet

Depuis 3 jours, le collège d’Aspet, dans le Comminges, est bloqué par les enseignant.es et les parents d’élèves.
Grève unanime du côté de la vie scolaire et quasi unanime du côté des enseignant.es. Depuis 3 jours les parents n’envoient plus leur enfant au collège.
Une pétition et des tracts ont circulé au marché d’Aspet avec de bons retours des habitant.es.
La communauté éducative exige la restitution du poste d’assistant d’éducation supprimé en 2017 et l’ouverture d’une troisième classe de 6ème.
Ce soir, à 19h, est prévu une réunion pour tenir au courant l’ensemble des parents et prendre les décisions pour la suite…

Communiqué de Sud éducation 31/65

2 – Fermeture du collège de Bellefontaine programmée pour 2022
C’est officiel, 2 personnes du rectorat et 3 personnes du conseil départemental se sont rendu au collège le lundi 1er octobre.
Elles ont annoncé à l’équipe éducative, non pas le fermeture du collège qui est déjà acté selon elles, mais la date de fermeture (2022) et la liste des collèges d’accueil :
– Jean-pierre Vernant (toulouse), où on peut lire sur la première page de leur site : Lundi 15 octobre 2018, réunion d’information sur la mixité sociale par le CD31 18h00
– Collège Michelet (toulouse)
– Collège Pierre Labitrie (toulouse)
– Collège Emile Zola (Cugnaux)
– Collège Jules Verne (Plaisance)

L’assemblée parents-enseignants-habitants ont écrit une lettre ouverte aux parents de Michelet et des autres collèges de la métropole touchés par le projet « mixité » du conseil départemental.
L’Assemblée se réunit le jeudi soir de 17H30 à 19H30 (petite salle en face de l’Atelier B, sur la dalle, pce Abbal, M°Reynerie), la porte est ouverte à toutes et tous.

Fermeture du collège de Bellefontaine
3 – Enseignements de spécialité : ségrégation et baisse de moyens au menu de la réforme du lycée

Communiqué de la fédération SUD éducation
mardi 9 octobre 2018

Dans le cadre de la réforme du lycée, ce sont désormais les recteur-rice-s qui décident de la répartition des enseignements de spécialité à l’échelle d’un bassin de formation. Leurs décisions seront connues en janvier 2019. Deux choses sont déjà certaines : une ségrégation sociale et scolaire encore renforcée accompagnée d’une baisse drastique des moyens.

Le flou sur les critères de répartition est total : le ministère organise une parodie de consultation au cours de laquelle les personnels devront décider eux-mêmes des options que vont perdre leurs lycées. D’un établissement à l’autre, les procédures divergent. Parfois la hiérarchie s’abrite derrière des conseils pédagogiques pourtant non-décisionnaires. Il n’existe tout bonnement aucune offre de formation minimale par lycée.

Les cinq spécialités « offertes dans un périmètre géographique raisonnable » aboutissent dans les faits à une suppression de postes dans ces disciplines et à la concentration des options prestigieuses dans les établissements de centre-ville. Comme les offres se déclinent au niveau du bassin de formation en allant jusqu’à inclure les lycées privés, les classes sont regroupées au sein d’un nombre très restreint d’établissements qui concentreront les heures de ces spécialités.

La circulaire ministérielle prévoit même que les élèves pourront suivre les cours de ces options soit en se rendant plusieurs fois par semaine pour une poignée d’heures dans un autre lycée, soit en suivant des cours à distance payants avec le CNED !

Avec le classement des établissements prévu pour janvier prochain et le dispositif Parcoursup, le ministère prépare la mise en concurrence brutale des équipes, des lycées, et des élèves entre eux.
SUD éducation dénonce ce projet de tri social qui va à l’encontre de notre revendication d’un lycée polytechnique où les savoirs techniques et pratiques ne sont pas hiérarchisés.
La fédération SUD éducation appelle à mettre en oeuvre tous les moyens d’action possibles pour empêcher la mise oeuvre de la réforme du lycée général et technologique (grève, pétitions, boycott du conseil pédagogique…).

Communiqué de la fédération sud éducation

4 – Évaluations nationales CP-CE1 : des exercices sexistes

https://www.sudeducation.org/docrestreint.api/18450/e8195864f7db6de24cc9086a080b517e9f857f5b/png/filles.pnghttps://www.sudeducation.org/docrestreint.api/18449/fd9fdebf6f721d4827c95d3bce7f8f0872c0d39d/png/garcons.png

En cette rentrée 2018, le ministère de l’Éducation Nationale impose aux enseignant-e-s des évaluations en lecture de tou-te-s les élèves de CP et de CE1.

Des images devant inspirer tout·es les élèves pour écrire ! Que voyons-nous ? Tout simplement un garçon actif, et une fille passive sur un lit, ou se faisant belle…

Le ministère prétend que le respect de l’égalité entre femmes et hommes doit être au cœur des apprentissages.

Il est inacceptable qu’un ministère qui affirme lutter contre les stéréotypes impose dans le même temps de telles images. SUD éducation condamne fermement ces exercices qui véhiculent des stéréotypes sexistes exhortant les garçons/hommes à travailler dehors et les filles/femmes à rester oisivement à la maison. S’agit-il du nouveau plan d’égalité filles-garçons inspiré par la Manif pour tous ?
SUD éducation exige que le ministère suspende ces évaluations. SUD éducation appelle les enseignant-e-s à ne pas les faire passer aux élèves et à ne faire remonter les résultats.

Communiqué de la fédération SUD éducation

5 – Scandale de Chilly-Mazarin : SUD éducation dénonce une atteinte au droit à l’éducation des enfants migrant-e-s
Communiqué de la fédération SUD éducation
mardi 9 octobre 2018

Lundi 8 octobre, SUD éducation a pris connaissance par voie de presse du refus de scolarisation d’enfants congolais par le maire de Chilly-Mazarin. Pour SUD éducation, c’est un sinistre exemple de plus sur la situation des demandeurs d’asile en France.
La mairie de Chilly-Mazarin empêche la scolarisation de ces enfants parce que leurs parents sont des demandeurs d’asile et parce qu’ils sont de plus en plus nombreux selon le maire.

L’intervention de l’inspectrice est scandaleuse  : elle ne s’est pas déplacée pour soutenir la directrice de l’école qui a accueilli ces enfants mais elle est simplement venue pour les faire retirer de l’école. L’école deviendra obligatoire à partir de 3 ans en 2019 mais visiblement elle ne l’est pas pour tout le monde ! Pas la même égalité de traitement pour tous ni le même accès au savoir !
SUD éducation soutient de manière inconditionnelle cette directrice d’école et revendique :

– l’abrogation des lois anti-immigrés
– la protection des mineurs isolés étrangers et des jeunes majeurs scolarisés, l’arrêt de toutes les expulsions et les mêmes droits pour toutes et tous.
– l’arrêt de la stigmatisation des Étrangers, en particulier l’abandon immédiat du statut dérogatoire des Bulgares et des Roumains, citoyens européens
– le droit de vote pour tous les Étrangers
– le retour à une véritable politique de l’asile (avec en particulier la suppression des pays dits ’’sûrs’’)
– la régularisation de tous les sans-papiers par la délivrance d’un titre unique de séjour.
– la liberté de circulation et d’installation pour tous et toutes.

Communiqué de la fédération SUD éducation

6 – Rail toulouse : Mise en danger des usagèr.es
Communiqué de presse intersyndical des cheminot-e-s, Toulouse, le 8 octobre 2018

Depuis le 08 octobre 2018 l’entreprise SNCF a décidé d’enlever les tâches de sécurité liées au métier de contrôleur.se dans le but de les transférer aux conducteurs de trains. Ceci est inacceptable au vu des risques que cela implique pour la sécurité des usagers.es, des circulations ferroviaires et des agents de conduite des trains.

Après des mois de discussions stériles entre les représentants du personnel et la direction de la SNCF, les organisations syndicales interpellent le conseil régional  Occitanie dans l’espoir qu’il prenne ses responsabilités d’autorité organisatrice des transports. Le constat que nous faisons, malgré une convention TER plus onéreuse pour la  région et donc pour les contribuables d’Occitanie, la qualité de service et la sécurité seront moindre.

Moins de trains, des suppressions de circulations par manque de personnel, des réouvertures de lignes qui ne se feront pas. Des trains plus chers avec  augmentation des abonnements de travail et de la tarification à bord. Moins de services en supprimant les contrôleurs des trains et en fermant les guichets. Moins de sécurité en faisant supporter aux conducteurs toutes les responsabilités à bord des trains. Voilà ce que nous promet la direction de la SNCF !

La SNCF met en place des procédures non réalisables en mettant en danger les usagers.es et les cheminot.e.s et en créant des vides juridiques qui, elle l’espère, lui permettront d’échapper à ses responsabilités.

Communiqué Sud Rail

 7 – Communiqué de presse suite aux violences policières lors de la manifestation pour défendre le droit à l’avortement à Toulouse

Vendredi 28 septembre, nous étions un peu plus de 500 à personnes de 5 à 85 ans à manifester à Toulouse pour défendre le droit et l’accès à l’avortement en France et dans le monde.

Alors que l’égalité Femmes/Hommes a été déclarée grande cause nationale, la préfecture de police a encore une fois refusé l’accès au centre ville à une manifestation aux revendications féministes, et les manifestant·es se sont retrouvé·es face à un barrage de police au niveau du Pont Neuf.

Plusieurs manifestant·es, dont un enfant, ont été violemment aspergé·es de poivre et molesté·es alors que cette marche était plus que pacifique .

Sud santé sociaux 31 tient à exprimer son indignation face à cette violence et cette atteinte à la liberté de manifestation en centre ville qui dure depuis des années à Toulouse.

Une manifestation pacifique poivrée par la préfecture de toulouse, qui interdit encore une fois le centre ville à une manifestation feministe ! Une enfant a même pris du poivre !

— Sud Santé Sociaux 31 (@sudsante31) September 28, 2018
Communiqué de presse sud santé sociaux 
8 – Un test osseux peut-il déterminer de manière fiable et précise l’âge d’un individu ?

Deuxième semaine de la campagne de mobilisation du collectif JUJIE (JUstice pour les Jeunes Isolés Etrangers); cette semaine les tests osseux.

Question: Un test osseux peut-il déterminer de manière fiable et précise l’âge d’un individu ?

Article de Médiapart :
Réponse : NON, les tests osseux ne permettent pas de déterminer de manière fiable et précise l’âge d’un individu.

Ce test consiste en une radio de la main, du poignet, du coude ou de la hanche qui, comparée à un atlas, donne uniquement une indication de croissance.

De l’avis même de nombreuses autorités médicales, il comporte une marge d’erreur importante, estimée à environ 18 mois. Ce test s’appuie sur un outil de comparaison fait sur des populations blanches, de milieux aisés, et effectuées aux États Unis dans les années 1930 pour diagnostiquer les troubles de croissance. D’ailleurs, le Haut Conseil de la Santé Publique dans son rapport du 23 Janvier 2014 précise que « la maturation d’un individu diffère suivant son sexe, son origine ethnique ou géographique, son état nutritionnel ou son statut économique ».

Et pourtant de nombreux mineur.e.s non accompagné.e.s, voient leur minorité contestée sur la base de ces tests aux conclusions aléatoires, ceci malgré la règle qui dit qu’en tout état de cause le doute doit toujours bénéficier au mineur.

NB : Pour plus d’information, voir sur le site d’Infomie

Article Médiapart

9 – Communiqué l’inspection refuse le licenciement de Yannick, la répression continue dans le groupe SNCF
C’est un soulagement pour Yannick et une victoire pour l’ensemble des salariés de la SNCF.

Après avoir été injustement poursuivi et sanctionné de la radiation des cadres (licenciement) parce qu’il était gréviste et délégué SUD-Rail et qu’il avait fait ce que tout cheminot aurait fait pour assurer la sécurité des personnes ; L’inspection du travail, après avoir examiné les éléments fournis par la direction et ceux du dossier disciplinaire refuse le licenciement et s’inquiète d’éléments relevant de la discrimination antisyndicale ! Merci à l’ensemble des syndicats et des équipes syndicales de diffuser ce communiqué ainsi que l’affiche réalisée pour dénoncer cette repression dans l’entreprise.

Après avoir été à l’initiative d’une proposition de démarche commune lors du Conseil National de Solidaires, notre Union syndicale devrait proposer une journée meeting/action sur ces questions de représsion syndicale à échéance de la fin Octobre / début Novembre.

10 – Ce qui se passe dans les #EHPAD et en Gérontologie

Article de Sud Santé Sociaux

Cet article Nouvelles du jeudi 11 octobre 2018 est apparu en premier sur Sud education 31-65.

Share Button