La protection sociale c’est notre salaire, c’est notre affaire !

Le 28 février 2020,

La protection sociale

c’est notre salaire, c’est notre affaire !

La lutte actuelle contre le projet de contre-réforme des retraites masque une autre attaque du gouvernement contre nos droits sociaux, celle de l’assurance chômage.

Dès le 1er novembre, les 1ères mesures sont tombées parmi lesquelles la réduction des conditions d’accès à l’indemnisation. Dorénavant il faut avoir travaillé 6 mois sur les 24 derniers mois au lieu précédemment de 4 mois sur les 28 derniers mois.

Le 1er avril, rebelote le calcul du salaire des chômeuses et chômeurs change. Il se fera non plus sur les seuls jours travaillés mais sur le salaire moyen mensuel (tous les jours compteront même ceux non travaillés). Toutes ces personnes vont donc perdre de l’argent et seront d’autant plus plongées dans la précarité, leurs indemnités pouvant être divisées par 2. Avec cette contre-réforme à laquelle vient s’ajouter le renforcement des contrôles et des radiations (décret du 28/12/2018), c’est au total plus d’un million de chômeurs-es qui vont se voir exclu-es de l’assurance chômage ou voir leurs droits fortement diminuer.

En prévoyant une forte baisse de moyens de l’Unédic (baisse des droits et des cotisations) le gouvernement Macron organise la faillite de l’assurance chômage. Nos organisations syndicales de précaires et de professionnels de ce secteur ont dénoncé cette « catastrophe sociale » qui concerne toute la population.

Depuis plus d’un an des collectifs et coordinations de chômeurs-es, précaires, intermittent-es se mobilisent. multipliant les actions telles que des occupations de Pole emploi et tout dernièrement ce sont les saisonnier.es qui sont entré-es dans la lutte avec une journée de grève importante le 15 février ainsi que des actions médiatiques dans les stations de ski comme à Luchon. Nos organisations syndicales se doivent de prendre le problème à bras le corps.

Le combat pour défendre nos droits à une retraite décente va de pair avec celui pour de réels droits au chômage pour les privé.es d’emploi. Depuis le début de la mobilisation en décembre, Solidaires 31 a lié ces deux pans incontournables de la protection sociale qui représentent notre salaire.

Solidaires 31 revendique un nouveau statut du salarié-e qui permettrait que le salaire soit déconnecté de l’emploi et donc garanti tout au long de la vie.

Pour se former à cette nouvelle convention chômage et pour approfondir cette revendication, Solidaires 31 organise une formation ouverte à toutes et tous, syndiqué-e-s ou non, le samedi 28 mars toute la journée dans ses locaux, 52 rue Jacques Babinet, 31100 Toulouse.

Pour s’inscrire : https://solidaires.org/Les-stages#a19330

Pour les prochains rendez-vous de luttes : www.solidaires31.fr

Share Button