Ensemble contre l’assurance chômage et la précarité

MANIFESTATION UNITAIRE CONTRE LA PRECARITE
POUR L’INDEMNISATION DE TOU.TES LES CHOMEUR.EUSES,
L’ABROGATION DE LA « REFORME » DE L’ASSURANCE CHOMAGE

A TOULOUSE COMME AILLEURS
TOUTES ET TOUS DANS LA RUE LE SAMEDI 4 DÉCEMBRE 2021
RDV 14H PLACE ARNAUD BERNARD

Alors que les profits des grands groupes capitalistes sont entrain d’exploser (LVMH, Société générale, Gaffa, lobbies pharmaceutiques,..…) et que les salaires de leurs dirigeants ont augmenté cette année de 40%,alors que plus de 40 milliards ont été distribués aux actionnaires en 2020, alors que l’évasion fiscale avoisine toujours les 100 milliards d’euros par an, alors que les avoirs français dans les paradis fiscaux s’élèvent aujourd’hui à + de 600 milliards d’€, le gouvernement, en maintenant sa « réforme » de l’assurance chômage , persiste dans sa politique anti-sociale et fait le choix de laisser des millions de personnes, majoritairement des femmes, à l’abandon enles promettant à la très grande pauvreté et ce malgré l’opposition de tous les syndicats qui ont déposé plusieurs recours devant le Conseil d’État pour faire annuler cette « réforme ».. L’UNEDIC elle-même, gestionnaire de l’assurance chômage, en pointe les conséquences humaines et désastreuses.

La pire attaque de l’assurance chômage depuis sa création en 1958

Cette contre-réforme va entraîner des baisses drastiques des droits et des indemnités pour des centaines de milliers de travailleur/euses sans emploi ou en CDD ainsi que de nombreuses radiations . Depuis le 1er novembre 2021 : plus d’ 1 million de personnes vont voir leur allocation baisser de manière drastique en moyenne de 17% et de 40% pour 400.000 d’entre elles. A partir du 1er décembre 2021 : pour ouvrir des droits au chômage il faudra avoir travaillé 6 mois (dans les 24 derniers mois) au lieu de 4 mois (dans les 28 derniers mois) . Cette nouvelle mesure pénalisera, elle aussi, des centaines de milliers de personnes. Et comme si cela ne suffisait pas, pour accentuer la pression sur nous tou·tes, le gouvernement vient d’annoncer une hausse des contrôles de Pôle emploi de 25% pour les 6 prochains mois.

Nous précariser toujours plus

L’objectif de cette « réforme » anti-sociale est bel et bien de répondre aux besoins du patronat, à savoir : de baisser nos droits au chômage pour nous précariser toujours plus et nous obliger à accepter n’importe quel emploi dans n’importe quelle condition. Et du coup, de mettre tout le monde sous pression, en concurrence, salarié·es et sans
emploi . Faut-il rappeler qu’il y a aujourd’hui, dans la 7ème puissance mondiale 6 millions de chômeur/euses dont 6 sur 10 ne sont pas indemnisé.es et que plus de 80 % des emplois créés sont des CDD, souvent mal payés, la moitié d’entre eux/elles étant des contrats de moins d’un mois. Et à cette précarité vient s’ajouter celles de l’alimentaire, du logement, de la santé, de l’énergie, (se nourrir, se loger, se soigner, se chauffer,..), celles de tou.t.es les sans droits, les sans papiers,…

PARCE QUE CETTE SITUATION EST INSUPPORTABLE,
IL DEVIENT URGENT DE SE MOBILISER
SOYONS NOMBREUSES ET NOMBREUX DANS LA RUE LE 4 DECEMBRE !

A l’appel de : Act-Up Sud-Ouest, ATTAC, CGT Pôle Emploi, CNT 31, Collectif Aux Arts Etc, Coordination des Intermitten-tes et Précaires de Midi-Pyr. (CIP-MP), Droit Au Logement 31 (DAL 31), Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), SNU TEFI Pôle emploi FSU, Solidaires 31, Solidaires SUD Emploi Occitanie, SUD Culture Solidaires 31, SUD Santé sociaux, Toulouse Ouverture (TO7),….

NOUS EXIGEONS:
– L’abrogation de la « réforme » de l’assurance chômage.
– Une nouvelle Convention chômage indemnisant 100% des chômeur/euses et des précaires intermittent-es de l’emploi, avec ou sans papiers, dès 18 ans (au minimum SMIC).
– L’abrogation du décret du 29 décembre 2018 sur le contrôle des chômeurs
– L’arrêt des contrôles et le redéploiement des effectifs de Pôle emploi vers l’indemnisation et l’accompagnement.
– L’égalité salariale femmes/hommes et des droits attachés à la personne et non au foyer fiscal.
– Le financement de l’assurance chômage à 100% par la cotisation sociale, car l’Etat se sert depuis peu de son financement par l’impôt (CSG) pour en prendre le contrôle et imposer ses « réformes ».
– L’arrêt des exonérations et des suppressions des cotisations sociales, partie mutualisée de nos salaires, qui met à mal tout notre système de Sécurité sociale
– La gestion directe de la Sécurité sociale, assurance chômage comprise, par les travailleur-/euses (salarié-es et chômeur/euses)
Nous affirmons notre solidarité avec toutes celles et ceux qui subissent la répression et particulièrement en ce moment les travailleur/euses mises à pied et sanctionné.es·es pour refus de passe sanitaire

TOUTES ET TOUS CONCERNE.ES !

chômeurs/euses, précaires, saisonnier.es, intérimaires, temps partiel, apprenti-es, lycéen·nes, étudiant.es, stagiaires, retraité.es et salarié.es

Share Button