Abrogation de la réforme de l’assurance chômage : Manifestation Samedi 5 Décembre à 14h00

Abrogation de la réforme de l’assurance chômage
MANIFESTATION Samedi 5 Décembre à 14h00 départ place Saint Cyprien à Toulouse…

… Et lettre ouverte à l’UD CGT

Alors qu’il est annoncé entre 800 000 et 1 million de chômeurs-euses supplémentaires d’ici décembre 2020, le gouvernement persiste à appliquer sa politique de réduction des droits des chômeurs-euses.
Entre novembre 2019 et février 2020, ce sont 100 000 personnes qui ont déjà été privées de leur droit à l’indemnisation chômage. Au 1er juin, c’était 275 000 personnes supplémentaires qui arrivaient en fin de droits…Le durcissement des conditions d’ouverture de droits et de rechargement va continuer à exclure des dizaines de milliers de personnes de l’allocation chômage. Et l’application du 2 ème volet de la réforme au 1er janvier va entraîner une baisse moyenne des allocations de 22% ! En parallèle, les contrôles de la recherche d’emploi ont repris comme avant le confinement, et ce dans un contexte où les licenciements se multiplient.. Cette politique va entrainer un basculement massif vers les minimas sociaux, ASS ou RSA !

CONTRE LE DURCISSEMENT DES CONDITIONS D’AFFILIATION, LA SUPPRESSION DU RECHARGEMENT DES DROITS, LA DÉGRADATION DES DROITS DES CHÔMEUR·ES ET PRÉCAIRES

Nous exigeons immédiatement :
– L’abrogation de la réforme de l’assurance chômage.
– Une nouvelle convention indemnisant 100 % des chômeur∙es et précaires.
– L’abrogation du décret du 29 décembre 2018 sur le contrôle des chômeur∙es.
– Gestion directe de la sécurité sociale par les travailleur-euses, assurance chômage comprise.
– Une année blanche pour les intermittentes et intermittents de l’emploi, et pour les travailleuses et travailleurs précaires, à compter de la fin de la crise sanitaire.
– L’égalité salariale Femmes/Hommes
– Un financement de l’assurance chômage à 100% par la cotisation sociale, car l’état se sert de son financement par l’impôt pour en prendre le contrôle et imposer ses réformes.
– L’arrêt des contrôles et le redéploiement des effectifs vers l’indemnisation et
l’accompagnement.
– Des droits attachés à la personne et non au foyer fiscale

Le 1er avril 2021, la réforme prévoyait de changer le mode de calcul des allocations chômage en se basant sur la totalité de la période de référence et non plus seulement les jours travaillés. Cela aurait entraîné une baisse moyenne des allocations de 22 % ! Mais mercredi 25 novembre, le Conseil d’État, saisi par les organisations syndicales, a annulé cette disposition estimant qu’ « elle porte atteinte au principe d’égalité ».

NOUS AVONS DÉJÀ OBTENU UNE PREMIÈRE VICTOIRE

NOUS N’OBTIENDRONS RIEN SANS MOBILISATION !

Lettre ouverte aux représentants de l’Union Départementale CGT 31

Toulouse le 30/11/2020

Depuis plusieurs années il y a, début décembre, une mobilisation nationale unitaire contre la précarité et pour la défense de l’assurance chômage.

Cette année, la période de crise sanitaire et sociale en cours et à venir rendait cette date encore plus importante, convaincu.es que ce sont les plus démuni.es qui vont payer la note la plus lourde des politiques en cours.

La date du 5/12 était inscrite sur l’agenda militant à cette occasion et une réunion unitaire où vous étiez invités s’est tenue le mardi 24/11 à 18h pour discuter collectivement de l’organisation de cette mobilisation sur Toulouse, une manifestation étant déjà prévue dans le cadre unitaire du collectif.

Or, quelques minutes avant cette réunion, vous avez décidé d’un appel sur vos bases propres pour ce même 5/12, à 10 heures. Votre appel a été diffusé sur Facebook sans attendre.

Bien sûr, vous saviez que cela poserait un problème à la majeure partie des organisations présentes à cette réunion qui n’avaient pas cette information et donc pas de mandat sur une éventuelle participation ou non à votre appel. De même, vous ne laissiez pas la place à cette réunion unitaire de décider collectivement des formes de cette mobilisation, alors même que des composantes de votre Union Départementale étaient présentes. Qui plus est, vous mettez volontairement en danger l’unité qui se construit pas à pas entre les différentes tendances sur cette question.

Mais nous ne sommes pas surpris. Depuis de nombreuses années, vous avez pris l’habitude de dicter vos décisions à l’ensemble de l’arc des organisations qui résistent à la pression gouvernementale et capitaliste. Votre attitude n’est pas respectueuse des un.es et des autres, pas plus qu’est visible votre volonté d’unité.

Ce n’est pas notre manière de faire. Nous restons convaincu.es que ce sont le collectif et les militants.es, qui doivent décider des formes de luttes qu’ils/elles veulent mettre en place. Le succès et la dynamique des mobilisations récentes, malgré le confinement (manifestations dans la santé, l’éducation, contre les violences policières, contre les violences faites aux femme…) en attestent. C’est bien par le dialogue et des concessions mutuelles que nous arriverons à construire un front de lutte pluriel, qui soit vraiment unitaire et donc en capacité de remporter des victoires sur les capitalistes et les gouvernements à leurs services. Dans ce front unitaire, l’union départementale ainsi que toutes les composantes de l’Union Départementale CGT 31 auraient bien évidemment leurs places.

Solidairement,

Solidaires 31

tract_5_12

Share Button