SANCTIONS DISCIPLINAIRES : LA REPRESSION EN MARCHE

Au retour des congés d’été 2018, deux salariés dont le délégué syndical Sud, ont été convoqués pour recevoir des sanctions disciplinaires. Les deux salariés ont été sanctionnés, un avertissement pour l’un et pour le délégué syndical très durement (mise à pied disciplinaire de 2 jours avec retrait de salaire).

Les faits : des écrits du rectorat dénonçant pour l’un un échange sur le déroulement de la correction du diplôme et pour l’autre des échanges lors du passage des oraux.

Aucune preuve n’a été fourni aux salariés jusqu’ici, les faits remontant à Juin 2018. Le directeur général de l’Ifrass a volontairement instruit ces deux dossiers à charge en prenant faits et causes pour le rectorat.

A aucun moment, le directeur général n’a soutenu ses salariés !

La liberté d’expression est clairement mise sous tutelle du directeur avec des menaces réelles et sérieuses sur d’éventuels licenciements si les salarié-es ne tiennent pas un discours politiquement correct en dehors de l’institution.

L’INTERSYNDICALE SUD/CGT S’INSURGE CONTRE CES PRATIQUES MANAGERIALES RECURRENTES DE LA PART DU DIRECTEUR GENERAL QUI CIBLENT PLUS PARTICULIEREMENT LES REPRESENTANT-ES DU PERSONNELS.

Cet événement s’inscrit dans un climat délétère, où il n’y a plus de direction pédagogique du pôle éducatif et social depuis 14 mois, où la suspicion et l’inquiétude produisent de nombreux arrêts maladie, des tensions permanentes dans les équipes avec des répercussions sur les étudiant-es. Les sanctions prises à l’encontre des salariés ne font que dégrader les conditions de travail.

LES VALEURS SOCIALES ET CITOYENNES QUI FONDENT NOTRE CENTRE DE FORMATION SANITAIRE ET SOCIAL SONT CLAIREMENT BAFOUEES.

CE QUE DENONCE AVEC VIGUEUR L’INTERSYNDICALE SUD/CGT

Share Button