Précarité : cynisme au rectorat

Une prime ?? ah ah ! Retour d’audience au rectorat

Il était une fois la 7e audience au rectorat de SUD éducation 31-65.

Après les écoles Simone Veil, Hyon et Daurat, aprés deux attaques au TA pour défendre la liberté syndicale, .. SUD éducation demandait audience au rectorat pour les précaires. Notre délégation (2 titulaires, 2 profs contractuelles) a été reçu par le service ressources humaines du Rectorat. La délégation a notamment remis la pétition (216 signatures de précaires) pour une prime de fin d’année pour tous les bas salaires de l’éducation nationale.

Bon, nous n’avons pas l’argent, mais nous avons les chiffres ! et il semble que cette entrevue les ait fait bien rigoler. ah ah

Compte rendu succinct

TATATATA : Sur l’académie, il y aurait :
1300 enseignant-e-s contractuel-les dans le second degré, une centaine dans le premier (40 Haute-garonne – 60 académie)
300 à 400 contractuels non enseignant-es infirmiers, CPE, etc.
4000 AESH (AVS public) – 1400 CUI en haute-Garonne, 3000 sur l’académie.
3000 AED

Ce qui fait donc « une population » de 11 800 contractuels.

Cette « masse », « le rectorat peut s’en féliciter, il la gère, et les salaires sont versés, sans rien qui soit instable ».

A la prime il (le DRH) a immédiatement dit « Ahah, vous savez ce que je vais répondre : une prime de fin d’année, ça n’existe pas ! Donc ça n’existera pas! »
Nous avons dit « pourtant la prime REP+ ça existe ! Et les AED et contractuels ne la touchent pas ! »
Ils ont dit « C’est vrai ! Ahah »

Il a dit « Vous savez bien que ce que vous pointez, ce sont les conditions nationales de rémunération des contractuel-les de la fonction publique ! Mais nous ne sommes que le rectorat ! Ahah »
Nous avons dit « Pourtant des académies font d’autres choix! l’académie de Versailles paye juillet et août, l’académie de Marseille fait des contrats de 3 ans aux AED, suite à leur lutte ! »
Ils ont dit « C’est vrai ! Ahah ! Mais eux, ils doivent être attractifs ! L’académie de Toulouse n’en a pas besoin ! »

Il a dit « Ici il n’y a pas de CDI ! Les gens sont titularisés ! »
Nous avons dit « Titularisés ? c’est à dire ? »
Ils ont dit « Ben ils passent le concours et le réussissent ! «

Après 1h de discussion, face à des détails concrets auxquels ils ont toujours dit que ça n’arrivait pas, que c’était faux ou minime, nous avons dit que nous reviendrons et que nous attendions des nouvelles de la prime très vite.

Le DRH a donc dit « Si vous n’avez pas de proposition concrète, on va y aller. Ahah »
« Payer les salaires à temps ? »
» Ahah, mais ça dépend si vous ratez le train ! si vous signez trop tard, ben vous êtes payés en retard ! c’est la machine ! ahah »
» Mais c’est vous qui faîtes les contrats. Nous on n’est pas en retard, on est devant les élèves. Vous assumez d’être dans l’illégalité et de vous en satisfaire? »
» Ahah, C’est votre interprétation ! chacun son interprétation ahah. »
« Une interprétation ? une paye en fin de mois qui ne vient pas? un loyer à payer? les papiers à pôle emploi ? »

» Au final, cet argent, vous l’avez ! «

Bref, la lutte ne fait que commencer, organisons l’auto défense, créons des solidarité, forçons les à nous entendre ! ah ah

Cet article Précarité : cynisme au rectorat est apparu en premier sur Sud Education Haute Garonne et Pyrénées.

Share Button