Nouvelles du jeudi 29 novembre 2018 — VOTONS SUD EDUCATION —

bandeau2Prochaine AG SUD Education 31-65

mardi 11 décembre à 18h au local de Babinet

 

1 – ♥Votons Sud Education : c’est aujourd’hui que ça commence !!!♥

—————————————————————————————————————————————-

Cher-e camarade,

Les élections ont débuté ce matin pour les secteurs qui votent par voie électronique.
Des premiers retours que nous avons, il y a déjà des problèmes de serveurs qui ne permettent plus aux agent-e-s de se connecter et donc de voter à certains moments.

N’hésitez pas à faire remonter tous les incidents qui ont lieu (problèmes informatiques mais aussi blocages de sites…) à : elections@listes.sudeducation.org en précisant les informations suivantes :

– votre académie, la date
– la nature du bug
– des captures d’écran si possible (« impécran ») qui permettent de voir l’heure

Une compilation pourra être faite.

Permanence téléphonique :
La fédération organise une permanence téléphonique pour aider les personnels à voter. Un numéro de portable est mis à disposition : 07 56 95 19 46
À défaut, la fédération sera joignable aussi entre 09:00 et 17:00 en semaine sur le numéro fixe.

 

Votons Sud Education :

  • Gagnons de nouveaux droits : ici
  • Pour un statut unique : ici
  • Pour une autre école : ici
  • Pour un syndicalisme de lutte et de transformation sociale : ici

 

INFORMATIONS IMPORTANTES :

Qui reçoit une notice papier ou une notice par mail ?

  • Notice papier : elle doit parvenir à toutes les personnes inscrites sur la liste électorale au 5 octobre 2018.
  • Notice par mail : elle est envoyée à tou-te-s les AESH 1er et 2nd degré, tous les TZR 1er et 2nd degré hors AFA + onisep, cned, ciep et réseaux ainsi qu’à toutes les personnes ajoutées sur la liste électorale entre le 5 octobre et jusqu’au 28 novembre
  • Notices envoyées au domicile : leur nombre a été réduit au maximum (essentiellement les personnes en CLM /CLD)

DANS TOUS LES CAS : si vous n’avez pas reçu de notice, vous pouvez voter !!!
Voir la notice ci-dessous.

Notice de vote, au format PDF (version longue) : info-vote-v2

 

Tutoriel pour voter et pour faire voter :

/ !\ Dans le supérieur, les personnels votent à l’urne le 6 décembre pour le CTMESR et le CTU et par voie électronique pour les Commission Administratives Paritaires. Voir la note « voter dans le sup’ »

1- Et dans l’Education Nationale…

Etape ❶ Vous créez votre espace électeur en allant à cette adresse : https://elections2018.education.gouv.fr/portail/identification.htm

Votre identifiant pour activer votre espace électeur est votre adresse académique.

▲ Si vous ne connaissez pas votre adresse mail académique  : il faut aller sur le portail de connexion du serveur de mail académique (taper sur google : « webmail académie …… ») et suivre les instructions.
Et grâce à votre NUMEN vous allez pouvoir retrouver votre identifiant-e.

▲ Si vous ne connaissez pas votre NUMEN, il faut : 

Vous avez deux solutions :
→ le demander au gestionnaire GEP de votre établissement (secrétariat),
→ en faire la demande auprès de votre gestionnaire administratif qui vous l’expédiera à la dernière adresse postale que vous lui avez notifiée (vérifier par téléphone), adressez-vous :
▪ à la Division des Personnels du rectorat pour les enseignants titulaires et stagiaires du second degré, les CPE, les COP et les personnels de documentation ;
▪ à la DSDEN du département d’exercice pour les personnels enseignants du 1er degré.

Après avoir rempli votre identifiant, vous définissez un mot de passe dont il faut se souvenir car ce mot de passe vous permettra d’accéder à votre espace de vote.

Si vous oubliez votre mot de passe : la réattribution est possible jusqu’au 6 décembre 2018, avant 17 heures, heure de Paris. Il faut cliquer sur « mot de passe oublié », un courriel vous est envoyé avec un lien sur lequel il faut cliquer pour changer votre mot de passe personnel électeur.

Etape ❷ Quand vous avez créé votre espace électeur, vous pouvez, à partir, du 29 novembre aller sur votre espace de vote.

Vous avez le choix entre plusieurs onglets, le dernier « demander un nouvel identifiant électeur » vous permet d’obtenir l’identifiant électeur que vous avez oublié ou que que vous n’avez pas eu si vous n’avez pas reçu votre notice de vote. Pour recevoir l’identifiant électeur sur votre téléphone, vous devez entrer votre numéro, votre NUMEN, votre date de naissance et le code de sécurité.

Si vous n’avez pas reçu votre notice de vote, il faut la réclamer, néanmoins vous pourrez quand même voter sans !

En effet, si vous connaissez votre NUMEN et votre identifiant d’adresse mail académique  : vous pouvez voter à partir de https://elections2018.education.gouv.fr/portail/identification.htm

2- Assistance académique…

Si le ou la collègue a des problèmes techniques, vous pouvez l’envoyer vers la cellule d’assistance technique de son académie. Vous trouverez les contacts de l’assistance académique en allant sur le site de l’académie.

2 – Réponse à l’appel des Collectifs d’Ille-et-Vilaine, de Haute-Garonne et du Tarn contre la Réforme du Bac et des Lycées et Parcoursup

Compte rendu de la réunion du 17/11 à Paris

Les enseignant.e.s issu.e.s d’une quinzaine de lycées de la région parisienne réuni.e.s le 17/11 au local de l’EDMP ont décidé de répondre à l’appel des Collectifs contre les réformes Blanquer du bac et des lycées, et contre Parcoursup des départements d’Ille-et-Vilaine, de Haute-Garonne et du Tarn, que vous pourrez lire ici: https://collectifcrbp35.blogspot.com/…/appel-des-collectifs…

Ils et elles ont décidé de se constituer en Collectif contre les réformes Blanquer du bac et des lycées, et contre Parcoursup d’Île-de-France, collectif qui aura des déclinaisons départementales, et appellent à leur tour «tous les professeurs, personnels, parents d’élèves à créer des collectifs dans les lycées et départements partout sur le territoire.»

Nous saluons le soutien apporté au Collectif d’Ille-et-Vilaine par la Cgt Éduc’action 35, le Conseil local Fcpe de la cité scolaire de Combourg, la FSU 35 (Snes et Snuipp), le snFOlc 35, la STE-CNT 35 et Sud Éducation 35 et demandons à nos sections syndicales de soutenir notre action et de faire converger leurs revendications dans un mot d’ordre unique : «ABROGATION des réformes Blanquer du Bac et des lycées, ABROGATION de Parcoursup.»

La prochaine Assemblée Générale du Collectif contre les réformes Blanquer du bac et des lycées, et contre Parcoursup d’IDF aura lieu le samedi 15/12 à la Bourse du Travail de Paris de 14h à 17h (3 rue du Château d’eau, paris 10e, salle Louise Michel). Nous invitons l’ensemble des collègues enseignant en Ile-de-France à créer des collectifs contre les réformes Blanquer dans leur établissement et à prendre part à notre prochaine AG pour continuer à étendre la mobilisation.

Collectifs contre les Réformes Blanquer du bac et des lycées et contre Parcoursup de Seine-et-Marne et d’Île-de-France

Vous souhaitez créer un Collectif contre les Réformes Blanquer dans votre lycée ? Contactez-nous !

Seine-et-Marne : collectifCRBP77@gmail.com

Île-de-France : collectifCRBPidf@gmail.com

Qui sommes-nous ?
Depuis plusieurs années, le Collectif des professeurs de philosophie d’Île-de-France se mobilise contre la réforme Châtel du lycée et ses conséquences. En février dernier, dès la publication du rapport Mathiot, une AG de ce collectif a rassemblé plus de 120 personnes. Il a alors été décidé d’élargir la mobilisation à l’ensemble des collègues, pour ne pas rentrer dans la concurrence entre disciplines orchestrée par les projets Blanquer. Des rassemblements en juin, puis deux réunions les 13 octobre et 17 novembre ont réuni des enseignants de philosophie mais aussi de SES, de maths, d’anglais, de lettres classiques, d’espagnol… ainsi que de lycée professionnel. C’est lors de cette dernière réunion que nous avons décidé de rejoindre l’appel lancé par nos collègues d’Ille-et-Vilaine, du Tarn et de Haute-Garonne.

 

3 – Statut des directeurs-rices d’école – Non aux projets du ministère !

Plusieurs rapports publiés cette année, dont le rapport Bazin-Rilhac du 1er août, viennent renforcer les dernières annonces ministérielles de changer le statut des directeur-rice-s d’école. Sous couvert de lutte contre les inégalités, il s’agirait de placer les directeur-rice-s d’école à un niveau comparable aux chef-fe-s d’établissement du second degré et de leur donner ainsi un statut hiérarchique. SUD éducation refuse catégoriquement ce projet. Vous trouverez dans cet article les analyses et le matériel de mobilisation de la fédération SUD éducation.

Création d’un statut de directeur-rice

En créant un corps nouveau recruté par concours, les directeurs-rices deviendraient responsables du pilotage pédagogique de l’école (c’est déjà le cas dans les textes) et seraient associé-e-s aux objectifs définis par la circonscription, avec un pouvoir accru dans les différents conseils qu’ils et elles président (conseil des maitre-sse-s, conseil d’école).
On passerait d’un-e directeur-rice, professionnel-le enseignant-e chargé-e de l’organisation pédagogique et du fonctionnement de l’école avec ou sans charge de classe, à un-e directeur-rice entièrement déchargé-e de classe se consacrant à des fonctions de management et déléguant les tâches de secrétariat à des aides administratives comme le préconise le rapport. Nous pouvons d’ailleurs nous interroger sur le statut qu’auront ces personnels en charge des tâches administratives. Par le passé, ils étaient des personnels recrutés sur la base de contrats précaires à temps partiel.

Vers le retour des EPEP et de la territorialisation

Ce projet n’est pas nouveau et pourrait prendre deux formes :
– Des regroupements d’école, les EPEP (Etablissement Public du Permier Degré) où il n’y aurait plus que des écoles primaires (maternelle et élémentaire réunies). Dans les zones rurales, cela se traduirait par la mise en réseau de petites écoles au sein de RPI (Regroupements pédagogiques intercommunaux) déconcentrés pour ensuite arriver à une fusion vers un même site.
– L’intégration des petites écoles dans un réseau piloté par le collège de leur secteur, les EPSC (Etablissement Public du Socle Commun), avec une organisation calquée sur celle des Réseaux d’éducation prioritaire. Présentée comme la volonté de donner davantage de continuité entre école et collège en adéquation avec la politique de cycles et en particulier celui du cycle commun école-collège (cycle 3 : CM1, CM2, 6ème), elle permettrait surtout de mutualiser le personnel administratif, les enseignant-e-s et les locaux. Les directeurs-rices deviendraient alors les adjoint-e-s du/ de la principal-e.

Notre analyse

On assiste aujourd’hui à une multiplication des tâches et à un alourdissement de la charge de travail des directeurs-rices d’école qui les cantonne à un rôle d’administrateur-rice et d’intermédiaire entre les inspections et les équipes et vide de son sens la mission de direction. Résoudre cette problématique par davantage de responsabilités ne va pas dans le sens d’un allègement de la charge de travail.

SUD éducation dénonce ce projet qui participe à la casse des statuts, renforce et multiplie les hiérarchies, met en concurrence les établissements et les personnels, participe à la liquidation des petites écoles en zone rurale, uniformise et formate les pratiques pédagogiques.

L’autorité hiérarchique et pédagogique du/de la directeur-rice d’école mettrait à mal la cohérence d’équipe et déposséderait les collègues de leurs pratiques pédagogiques. La mutualisation des postes et des moyens aurait pour conséquence des suppressions de postes.

SUD education revendique à l’opposé de ces conceptions libérales, des directions collégiales d’école avec une répartition des tâches et une relation de travail horizontale, du temps de concertation pour les équipes, des moyens pour une école publique égalitaire et émancipatrice qui s’inscrit dans un projet de société, solidaire, démocratique, débarrassée des inégalités.

Les revendications de SUD éducation

– la prise en charge collective des directions d’école
– du temps de concertation réel (18 h devant élèves, 6 h de concertation)
– des pratiques pédagogiques coopératives et émancipatrices
– une école égalitaire et émancipatrice

Article sur le site de la fédération : ici

 

4 – Le nouveau management va jusqu’aux formations pendant les vacances !

Communiqué de la fédération SUD éducation

Dans plusieurs académies, les recteurs/rectrices ont envoyé un courrier aux proviseur-e-s des lycées détaillant les modalités de formation pour le nouvel enseignement de spécialité du cycle de terminale « Numérique et Sciences Informatiques » (NSI) qui va nécessiter de former un nombre conséquent de professeur-e-s avant la rentrée 2019.

Les propositions des rectorats sont de former les personnels pendant les congés scolaires.

Formation pendant les vacances ? C’est NON

D’ores et déjà, les personnels commencent à refuser collectivement d’y participer.

Cette tentative des rectorats aggrave une fois de plus les conditions de travail des personnels, conséquence de toutes ces réformes menées à rythme effréné.

SUD éducation revendique une formation continue de qualité, organisée par les personnels en autogestion : choix des thématiques, des intervenant-e-s, des modalités de formation.

SUD éducation dénonce fermement toute tentative de proposer ou d’imposer la formation continue et la formation d’adaptation à l’emploi sur le temps de repos : toute formation se tient sur le temps de travail !

SUD éducation revendique l’abandon des réformes du lycée général et technologique, de la sélection à l’université, de la réforme du bac et des filières.

SUD éducation revendique un rôle décisif donné aux enseignant-e-s dans la fabrication des programmes

SUD éducation revendique une gestion collégiale des établissements et une réflexion sur nos pratiques entre pair-e-s

Article sur le site de la fédération : ici

 

5 – Une militaire à la DGESCO

Par un arrêté du 21 novembre 2018, Blanquer nomme une colonnelle cheffe de service de l’instruction publique et de l’action pédagogique à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO).

C’est donc une militaire qui sera chargée de définir et mettre en œuvre la politique pédagogique du ministère. Le message est clair : après la nomination d’un gendarme comme proviseur adjoint d’un lycée, des stages à l’armée pour les chef-fe-s d’établissement et pour les élèves. Le ministre vise, pour plaire aux franges les plus réactionnaires de la société, à militariser l’école.

SUD éducation dénonce cette nomination lourde de conséquences et appelle les personnels à refuser de devenir autant de sergentes et sergents recruteurs pour une armée en mal de vocations guerrières.

Article sur le site de la fédération : ici

6 – Quelle que soit la nationalité des étudiant-e-s : Non à l’augmentation des frais d’inscription à l’université !

 

Communiqué de la Fédération SUD Education, de Solidaires étudiant-e-s – syndicats de luttes et de l’Union syndicale Solidaires

Le 19 novembre 2018, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé à l’occasion des Rencontres universitaires de la francophonie la volonté de son gouvernement d’augmenter les droits d’inscription des étudiant-e-s étranger-e-s extracommunautaires (hors Union Européenne) dès la prochaine rentrée universitaire. Pour les étudiant-e-s concerné-e-s, les frais d’inscription passeraient de 170€ par an à 2770€ par an en licence, de 243€ par an à 3770€ par an en master et de 380€ par an à 3770€ par an en doctorat.

De l’immigration choisie à la préférence nationale : « bienvenue en France » !

Sous l’intitulé abject « Bienvenue en France », le gouvernement opte ainsi pour l’immigration choisie. S’il annonce qu’il proposera des mesures visant à faciliter l’obtention de visas étudiants ou encore le renouvellement des titres de séjour, il est clair que ces frais d’inscription colossaux seront une barrière infranchissable pour un grand nombre d’étudiant-e-s étranger-e-s.

Quelle surprise d’entendre le premier ministre justifier cette discrimination par un discours que ne renierait pas le Rassemblement National de Marine Le Pen : « Un étudiant étranger fortuné qui vient en France paye le même montant qu’un étudiant français peu fortuné dont les parents résident, travaillent et payent des impôts en France depuis des années. C’est injuste ». Quels que soit l’origine des étudiant-e-s et le lieu de résidence de leurs parents, l’enseignement supérieur doit être ouvert et gratuit pour toutes et tous.

Hausse des frais d’inscription : tou-te-s concerné-e-s rapidement

De plus nous sommes tou-te-s concerné-e-s par cette augmentation des frais d’inscription. En effet alors que la présidente de la Conférence des grandes écoles, Anne-Lucie Wack, plaide pour une augmentation des frais d’inscription au prétexte que la « quasi-gratuité du système français nuit à sa bonne image », la Cour des Comptes sort un rapport, commandé par le groupe parlementaire La République En Marche, qui préconise une augmentation générale. Ce rapport sera débattu à l’Assemblé Nationale le 5 décembre. Ce n’est pas un hasard de calendrier : il est évident que cette première annonce de l’augmentation des frais pour les étudiant-e-s étranger-e-s sert à préparer l’opinion à une augmentation généralisée des frais d’inscription. C’est exactement ce qui s’est passé au Royaume-Uni.

Les président.e.s d’universités devenues « autonomes » (dans la gestion locale de la misère budgétaire) par la LRU en 2007 et depuis étranglées financièrement par les dotations insuffisantes de l’État, n’auront pas d’autre choix que de se tourner vers la solution de l’augmentation des frais d’inscription. À terme, il s’agit aussi d’offrir sur un plateau aux banques le très lucratif marché du crédit étudiant pour financer ces frais d’inscription.

Agir ensemble dès à présent !

Après Parcoursup qui instaure une sélection en L1, il faut tout faire pour résister à cette nouvelle attaque contre ce qui ne sera bientôt plus un service public d’enseignement et de recherche. Pour cela, SUD éducation, Solidaires étudiant-e-s Syndicat de Lutte et l’Union syndicale Solidaires vous encouragent :

• à informer les collègues et les étudiant-es dans vos établissements, et d’y proposer aux votes des motions dénonçant cette annonce scandaleuse et discriminatoire qui touchera de plein fouet les étudiant-e-s à l’exemple de l’Université de Lille qui a déjà prise position contre la hausse à son Conseil d’Administration du 22 novembre. Nous pousserons ainsi la présidence de l’université, si prompte à nous rappeler la nécessité « d’internationaliser nos formations », à prendre position sur cette question.

• à signer la pétition nationale : ici !!!!

Pour une université publique, gratuite, laïque et émancipatrice !

Article sur le site de la fédération : ici

7 – Expulsion du Labo de la Vélorution rue Bénezet à Toulouse

La mairie de Toulouse et le nouveau préfet de région verrouillent les portes de la plus grande Recyclerie Vélos de France

Ce jeudi 16 novembre à 6h, 4 camions de CRS et la police municipale sont venus expulser l’association Vélorution de son local au 6 rue Bénezet. Vélos de collection, charrettes, tricycles, cadres, roues et des milliers de pièces de vélo prêts au réemploi sont désormais sous scellés.

Précurseur parmi les ateliers vélo participatifs et solidaires en France, la Vélorution pratique le réemploi de vélos et de pièces depuis plus de 15 ans à Toulouse. Elle offre à ses adhérent.e.s cyclistes un espace de partage et d’autonomie avec la possibilité d’acquérir un vélo, de réparer et d’entretenir sa bicyclette à moindre coût. L’association a besoin de son matériel et d’espace pour le stocker !

Mais la mairie n’en a cure. Elle est restée sourde aux demandes de soutien pour conserver un local adapté. Après de longues recherches et différentes tentatives de se regrouper avec d’autres acteurs associatifs, la Vélorution n’a eu d’autres choix que de louer au prix fort chez un bailleur privé. Si l’atelier d’auto-réparation a trouvé temporairement un nouveau lieu d’accueil dans le quartier Bonnefoy, les autres activités (Récup’, Recyclerie, Fabrication de vélos spéciaux, Soudure, Métallerie) qui sont au cœur de l’association, se retrouvent aujourd’hui à la rue.

L’expulsion intervient au moment où Olivier Théron, le fondateur de la Vélorution toulousaine, est hospitalisé dans un état critique aux prises avec la maladie.

Il n’a cessé de répéter combien il était important de soutenir les ateliers-vélo pour permettre au plus grand nombre d’adopter le vélo comme moyen de déplacement. A Toulouse, les autorités s’obstinent à faire tout le contraire.

Un rassemblement de soutien a eu lieu, lundi 19 novembre 2018 à midi sur le parvis de Toulouse-Métropole, à côté de la Médiathèque.

Contact: contact@velorution-toulouse.org

 

8 – Rendez-vous « internes » du DAL31 :

Site national de la fédération DAL

Les commissions permettant d’organiser toutes les actions concrètes et ce qui se rapporte à la communication sont ouvertes à toute personne qui veut aider !
Commission communication : lundi 3 décembre à 19h au centre solidaire abbé pierre – en face du 21 rue du pont saint-pierre – On y préparera le noel des enfants mal-logé-e-s entre autres
Commission HLM : lundi 3 décembre à 19h au centre solidaire.

Prochaine collégiale : lundi 3 décembre à 18h au Centre Solidaire Abbé Pierre

Permanences du DAL31 :
On a toujours besoin de bénévoles, pour faire les permanences ou même juste accueillir, écouter, discuter, etc.
* Permanence à Saint-Cyprien tous les mercredis : 14h à 15h30 au Centre Solidaire Abbé Pierre (rue du pont Saint-Pierre à Saint-Cyprien)
* Permanence à Empalot/Saint-Michel tous les mercredis : 17h30 à 19h au local du CASC (10bis rue du colonel Driant, près du métro Saint-Michel)
* Permanence à Bagatelle-Faourette tous les mardis : 10h30 à 12h à l’association Partage (13 rue de l’Ukraine, métro Bagatelle)

* Permanence à Colomiers tous les mardis : 18h30 à 20h, lieu à déterminer en envoyant un mail à dal.toulouse@free.fr

 

Calendrier de novembre/décembre :

* Assemblée Générale des États-Généraux des Migrations
Mardi 27 novembre à 18h30 à la Bourse du Travail salle 103 – place saint-sernin –
Assemblée locale des États Généraux des Migrations de Toulouse pour lutter contre la nouvelle politique d’immigration du gouvernement français
Événement facebook

* Action DAL HLM
Mercredi 28 novembre à 10h – métro Bagatelle – Dans le cadre de la campagne pour l’élection des représentant-e-s de locataires HLM, nous faisons une action médiatique ! Venez nombreuses-eux !

* Assemblée Générale ouverte du Centre Solidaire Abbé Pierre
Mercredi 28 novembre à 18h – Centre solidaire abbé pierre, en face du 21 rue du pont saint-pierre –
Nous ferons le point sur la fête du 24 novembre qui aura eu lieu et sur les perspectives que nous pouvons nous donner en tant que lieu de convergence ! C’est ouvert à tout le monde, donc si t’as un peu de motiv’ et de temps, n’hésite pas à pointer le bout de ton nez.
Événement facebook

* Collectif contre Toulouse 2030
Assemblée Générale plénière : jeudi 29 novembre à 18h30 – Centre Solidaire Abbé Pierre – en face du 21 rue du pont saint-pierre, saint-cyprien – Assemblée Générale de la coordination Toulouse 2031 pour préparer les perspectives dénonçant la politique d’urbanisation de Toulouse métropole

* Masse critique en hommage à Olivier
Vendredi 30 novembre à 19h – place du capitole – Olivier Theron le membre fondateur de Vélorution Toulouse est décédé ce mardi des suites de sa maladie, une masse critique en sa mémoire est organisée. Nous circulerons dans les rues de Toulouse à bicyclette pour lui rendre hommage comme il se doit le dernier vendredi de novembre.

Événement facebook

* Action DAL31 « SDF et poupées de chiffons »

Samedi 1er décembre à 14h – métro jean jaurès – On fait une petite action symbolique avec des poupées de chiffons sans visage pour interpeller les passant-e-s sur la situation des mal logé-e-s ! Montrer que quelque soit nos origines, nous pouvons toutes et tous finir à la rue et que la solidarité est nécessaire

* Manifestation – Journée mondiale de lutte contre le sida
Samedi 1er décembre à 15h – métro Jean Jaurès – Journée mondiale de lutte contre le sida – 1er décembre 2018. L’ONUSIDA* a pour objectif la fin de l’épidémie du sida d’ici à 2030. Étant donné le contexte politique actuel et à moins de 12 ans de cette échéance, cet objectif semble pour le moins illusoire !
Événement facebook

* Grève et manifestation pour des hébergements dignes
Mardi 4 décembre à 14h – Devant le « 115 », 66 Avenue Étienne Billières – Grève et manifestation unitaire pour un hébergement digne

Événement facebook

* Marche mondiale pour le climat Toulouse #ClimateAlarm
Samedi 8 décembre – lieu et heure à déterminer – Après le succès des marches du 8 septembre et du 13 octobre, nous appelons à une mobilisation internationale pendant les prochaines négociations climatiques mondiales : la COP24

Événement facebook

* Weekend de mobilisation contre la destruction de la Grave
Samedi 15 décembre et Dimanche 16 décembre – au local rue piquemil et au centre solidaire abbé pierre –
Le weekend du 15 et 16 décembre, Le collectif de défense de l’Hôpital de la Grave organise un weekend de mobilisation contre le projet destructeur de Kaufman & Broad.

Événement facebook

* Noel des enfants mal-logé-e-s
Mercredi 19 décembre à 16h au centre solidaire – Les modalités sont encore en cours de définition, mais ce serait un noel où nous offrirons goûter et repas, avec cadeaux à tous les enfants précaires et mal-logé-e-s !
Événement facebook

Centre Solidaire Abbé Pierre :
Toute la semaine au centre solidaire, en face du 21 rue du pont Saint Pierre au sein de l’Hôpital La Grave à Saint-Cyprien
Programme des activités et ateliers en pièce jointe, c’est ouvert et gratuit !
Pour tous les autres rendez-vous liés au centre solidaire Abbé Pierre et vous inscrire aux activités, n’hésitez pas à envoyer un mail à requisitionabbepierre@gmail.com
Facebook et Cagnotte Leetchi

* Assemblée Générale ouverte du Centre Solidaire Abbé Pierre
Mercredi 28 novembre à 18h – Centre solidaire abbé pierre, en face du 21 rue du pont saint-pierre –
Nous ferons le point sur la fête du 24 novembre qui aura eu lieu et sur les perspectives que nous pouvons nous donner en tant que lieu de convergence ! C’est ouvert à tout le monde, donc si t’as un peu de motiv’ et de temps, n’hésite pas à pointer le bout de ton nez.
Événement facebook

* Café Féministe Marielle
Mardi 4 décembre à 18h – Centre Solidaire Abbé Pierre, en face du 21 rue du pont saint-pierre –
L’idée du café féministe Marielle (en hommage à Marielle Franco) est d’avoir tous les 15 jours, des échanges chaleureux et ludiques autour de thématiques choisies. C’est la création d’un espace de convivialité, de sororité, de solidarité féministe, des discussion sur une thématique de fond et des échanges moins formels sur nos expériences, une parole libre. Et pour ce Premier café féministe la thématique tiré au sort est « féministe et noël »
Événement facebook

Pour en savoir plus : ici

9 – Antiracisme – Les syndicats doivent agir avec les associations

10 – Un appel européen pour un salaire étudiant

En format PDF : 2018-11-19-appel-salaire-etudiant-1

 

11 – Turquie : Arrestations de masse contre des syndicalistes et des membres du HDP

Aujourd’hui, une grande opération de répression politique a commencé en Turquie. Un grand nombre de syndicalistes, hommes politiques et avocats, dont le coprésident du SES, Gönül Erden, et l’ancien député du HDP, Mülkiye Birtane, ont été arrêtés à Ankara, Izmir, Amed, Istanbul et Bursa.

Parmi les personnes arrêtées au cours de l’opération d’Ankara figuraient des membres du Syndicat des travailleurs de la santé et des affaires sociales (SES), du Syndicat des travailleurs des services administratifs municipaux et locaux (TÜMBEL-SEN) et du Parti démocratique du peuple (HDP). À Amed c’est un ancien député du HDP qui a été arrêté après une perquisition de son domicile. Lors des raids à Izmir, plus de 20 personnes ont été interpellées, parmi lesquelles Mahfuz Güleryüz, membre du Comité exécutif central du HDP, et Gülay Gün Bilici, membre de l’Assemblée du parti. Des arrestations ont également eut lieu a Istanbul et Bursa.

Plus d’infos : ici

Perquisition aux bureaux du HDP à Istanbul (archive)Perquisition aux bureaux du HDP à Istanbul (archive)

 

Le petit plus de cette semaine :

Le Tangue : journal d’information réunionnais satirique et indépendant → ici

 

Stages nationaux :
Stage « militer à SUD éducation » à Paris du 23 au 25 janvier 2019. Plaquette :
Stage interne à destination des adhérent.es et équipes militantes des syndicats Sud éducation – Syndicalisme, antisexisme, questions de genre : parlons-en! Plaquette :

 

Agenda Militant.e

vendredi 30 novembre

Conseil départemental – projet mixité

mardi 4 décembre
Grève et manifestation pour des hébergements dignes à 14h – Devant le « 115 » (66 Avenue Étienne Billières)

mardi 11 décembre

AG de SUD éducation 31/65 à 18h au local de Babinet

samedi 15 décembre et Dimanche 16 décembre
Weekend de mobilisation contre la destruction de la Grave au local rue piquemil et au centre solidaire abbé pierre

mardi 18 décembre
journée internationale des migrants

vendredi 21 décembre
18h – début des vacances!!!

mardi 8 janvier
AG journée au local de Babinet

Cet article Nouvelles du jeudi 29 novembre 2018 — VOTONS SUD EDUCATION — est apparu en premier sur Sud education 31-65.

Share Button