Communiqué suite à une attaque d’extrême-droite sur la manif toulousaine du samedi 9 février

Quand l’analyse médiatique joue le confusionnisme : communiqué de SUD Education 31-65

Nous, militant-e-s de SUD éducation, avons été témoins et pris à partie d’une agression d’un groupe d’extrême-droite sur la manifestation du samedi 9 février.

A côté de nous se trouvaient des camarades d’autres syndicats et de partis politiques dont le NPA et OCML-VP déjà pris à partie dans une manifestation parisienne il y a quinze jours.

Au milieu de la manifestation, nous avons vu se glisser une vingtaine de militants d’extrême droite.

Nous avons alors eu, comme beaucoup de manifestant-e-s, à se défendre et repousser ces hommes. Tout était prémédité de leur part puisqu’ils avaient du matériel pour cela. Ils attaquaient au hasard toute personne n’étant pas eux.

Nous apportons notre soutien aux quelques blessés, ceux qui les premiers ont été pris à partie et nous sommes heureux-ses de constater que des gens qui ne se connaissaient pas, aient fait preuve de solidarité pour repousser cette attaque. Et nous en sommes fiers et fières.

Que dire alors du point de vue honteux de la dépêche ou des commentaires qui consistent à dire que c’est un jeu entre militants « d’ultra »-gauche, et d’extrême-droite ?

En réalité nous ne pouvons que constater qu’il s’agit d’une tentative d’intimidation de l’extrême-droite sur un mouvement social qu’elle aimerait récupérer. L’extrême-droite soutient les mesures patronales qui causent depuis des années les maux que ce mouvement dénonce : de la casse des retraites, à celle des services publics, du rail à celles des hôpitaux. Ces groupuscules qui s’y référent prétendent-ils que des militant-e-s engagés depuis des années ou non, n’ont rien à faire là ?

Ce mouvement, où des gens se rassemblent dans la rue le samedi, doit faire face à ces pratiques tout autant qu’aux violences policières, et continuer à construire des manifestations populaires, larges, criant la justice sociale.

Le syndicat SUD éducation 31-65 y défend avec le reste de la gauche ses visions anticapitalistes, antiracistes, antisexistes et plurielles et ne cessera de réaffirmer ces combats face au Rassemblement National et à ses dérives.

Share Button