Il y a URGENCE !

URGENCES :

Extension contre l’explosion

La fédération Sud Santé Sociaux appelle tous les personnels à se mobiliser

Depuis 5 semaines, la grève des services d’accueil des urgences de l’APHP fait le devant de l’actualité. Si le mouvement trouve son origine dans la cascade d’agressions subies par le personnel, très vite les revendications ont dépassé le seul volet sécuritaire pour aborder les questions de reconnaissance salariale, et les questions de moyens humains.

Pas à pas, site par site, les SAU entrent dans la grève imprimant son tempo au mouvement.

Tous les jours SUD-Santé APHP dépose de nouveaux préavis. La pression monte ainsi puisque les taux d’assignation pratiqués ne permettent pas l’expression physique des grévistes. Ils font vivre le collectif inter-urgence, outil dont ils se sont dotés dans le cadre du mouvement autogéré.

A l’hôpital il n’y a pas que les urgences qui sont en tension, elles pourraient par contre être le point de départ d’un mouvement plus large dans l’institution et bien au-delà. Et de cela ni la direction, ni le ministère n’en veulent. La volonté de la direction générale de l’APHP d’avancer dans les négociations témoigne à la fois du diagnostic partagé d’un sous-effectif latent, d’une carence de reconnaissance, et aussi de la fébrilité toute perceptible face à un embrasement de la situation.

Nos services d’accueil des urgences ne sont en effet que le miroir du reste de l’hôpital. L’augmentation progressive de l’activité y dévoile chaque jour un peu plus le manque de personnel, la surcharge de travail, la chasse au temps perdu, la course à l’acte, la déshumanisation du soin, la perte de sens au travail, les burn-out, les suicides, comme nous le constatons dans l’ensemble des services hospitaliers. Les plans d’économie quand ils visent la suppression de postes et la fermeture de lits ne font qu’aggraver une situation déjà critique dans la gestion de l’interface urgences-hospitalisation.

La grève dans les SAU brise l’omerta qui reste encore trop souvent la règle. Les paramédicaux urgentistes dénoncent avant tout la perte de qualité et la mise en cause de la sécurité des soins. Ils ne peuvent que nous fédérer quand ils veulent changer tout cela

Depuis trop longtemps nous le savons et nous ne voulons le voir. L’hôpital est étranglé financièrement, nos urgences sont engorgées, nos lits d’aval sont fermés, nos médecins quittent le navire, nos services n’attirent plus que ceux qui n’ont d’autre choix, nos personnels sont incités à partir.

Cette situation n’est pas l’apanage de l’AP-HP, elle est une réalité sur tout le territoire…

Et si les urgences nous ouvraient la voie…

A l’image des SAU de Valence, Nantes, Aix en Provence, Mantes La Jolie, Toulouse Purpan qui portent les mêmes revendications- effectifs, sécurisations des locaux et revalorisation des salaires, le syndicat Sud Santé Sociaux appelle les personnels de tous les SAU à se réunir en assemblée Générale, à établir des plateformes revendicatives, à s’organiser en collectif locaux et à se rapprocher du collectif inter-urgences.

Nous devons dans un second temps unir nos forces

Tous ensemble nous pouvons gagner en obligeant la ministre à sortir de sa coquille et à prendre ses responsabilités.Il est temps !!!

Coordonner INTERURGENCE

Twitter: @InterUrg            Facebook: L’Inter-Urgences     Courriel: interurgences@gmail.com

Share Button